mercredi 22 mars 2017

Verte, Marie Desplechin Magali Le Huche [BD]

J’ai lu Verte lorsque j’avais 12 ans, le roman n’a pas pris une ride. Mon fils l’a découvert cette année, et il attend avec impatience de lire la suite (Mauve et Pome). 




Ce roman est intemporel car on retrouve tout ce que les enfants d'aujourd'hui aiment : du fantastique, de l’amitié et des parents imparfaits.


Au départ le roman,



Verte a 11 ans
. Elle est élevée par sa maman Ursule, une sorcière. Pas une sorcière sur son balai mais une version moderne avec des pouvoirs magiques. Ursule nourrit de grandes ambitions pour sa fille unique. Elle doit devenir elle aussi sorcière.

Sauf que Verte est banale, enfin elle a la vie classique d’une enfant de onze ans : Elle va à l’école et commence à s’intéresser aux garçons.

Ursule est désespérée, elle qui misait tant sur son enfant… Elle n’en peut plus et fait appel à sa propre mère, Anastabotte pour essayer de former Verte à la sorcellerie. Et ça va très très bien marcher, peut-être même un peu trop...



Les liens familiaux sont au centre du roman, Verte est très proche de sa grand-mère, elle ne correspond pas aux attentes et exigences de sa maman. Anastabotte est une grand-mère à l’écoute de sa petite-fille. 


Ursule représente la femme libre, très à cheval sur la condition féminine, le droit des femmes/sorcières. Elle se retrouve quelque peu esseulée devant sa fille plus lisse, plus douce. Verte aimerait bien connaître son papa et n’est pas contre l’idée d’avoir un amoureux. Tout ce qu'a rejeté Ursule.



En BD ça donne quoi?


 


Les dessins de Magali Le Huche ont permis d’accentuer l’humour déjà fort présent dans le roman original. Magali Le Huche a une signature que je reconnais très facilement : Ses personnages ont des yeux expressifs qui véhiculent tout un tas d’émotions. De plus j'ai trouvé Ursule, la maman, attendrie en BD, elle parait plus désespérée qu’indigne ^^ 


Le roman change tour à tour de narrateur : Ursule la maman, Anastabotte, Verte et enfin Soufi (LE garçon de l’école). La BD se lit comme d’une traite, le rapport aux personnages n’est pas le même, le lecteur observe tout ce petit monde avec plaisir. 





 
Les planches sont claires, les dessins doux. L'ensemble est très soigné voire délicat. Certaines planches sont en grand format, on découvre alors des plans larges comme la cour de l’école ou bien une situation plus personnelle avec un gros plan dans la chambre d’Anastabotte.

 
J’ai adoré le travail des expressions de Verte , la succession de bulles où ses cheveux évoluent en même temps que sa pensée . D’une manière générale je suis souvent déçue des adaptions BD de romans appréciés, mais là force est de constater que Magali Le Huche a créé une Verte, une Ursule, une Anastabotte encore plus réelles que dans mes représentations.

Verte est une ode aux femmes, même si le roman, comme la BD mêlent magie et situations coquasses le rapport mère-fille, la transmission sont très présents.


J'aurais plein de questions à poster à Magali Le Huche: Comment a t-elle créé ces trois femmes?, était-ce  difficile de passer de l'album jeunesse (c'est la dessinatrice, entre autres, de Non-non et de Paco) à la BD ? Quels choix stylistiques a t-elle choisis pour l'adaptation du roman (par rapport à l'époque le roman date de 1996)?

Quand à Marie Desplechin j'ai lu dernièrement Le journal d'Aurore en BD (je vous le recommande), je me demande ce qu'elle ressent devant l'adaptation de ses "classiques" en BD... Intervient-elle dans le processus de création?


En tout cas en tant qu'ancienne enfant, maman et lectrice adulte j'ai été séduite, emballée par ce duo. Je "transmets" moi aussi à mon fils, non pas mes dons de sorcellerie (de toute façon seule les sorcières existent, cela ne marche pas avec un fils), mais mes lectures. Je suis ravie de voir qu'il accroche autant que moi mais avec un autre regard "elle est gonflée Ursule!", "heureusement qu'il y a sa grand-mère, moi aussi j'ai ma mémé", "pfff les filles et l'amour", "rho maman je ne m'y attendais pas" lorsque la chute est tombée...


Le pari est réussi, cette adaptation est un succès, je n’espère qu’une seule chose : Voir Mauve et Pome prendre vie sous les traits de Magali Le Huche. 


Verte
Marie Desplechin - Magali Le Huche
éditions Rue de Sèvres
 72 pages 
14€


crédits: @ruedesèvres
sp merci
 


Vous aimez le blog? Retrouvez nous sur Facebook ou Twitter et Instagram ☺ CLIC ☺
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas du tout. Tu me donnes envie de découvrir le roman tout comme la BD ! Merci Madame :-)

    RépondreSupprimer

Vos petits mots font plaisir à lire!