lundi 8 avril 2013

Comment (bien) rater ses vacances? [livre] [adolescence]

J'ai découvert Anne PERCIN après tout le monde, j'ai dernièrement dévoré Western Girl et j'avais envie de continuer sur ma lancée.


Voici donc le premier tome de la célèbre série autour de Maxime Mainard.
Adolescent, il n'a pas vraiment envie de suivre ses parents en Corse. Ces derniers ont choisi de faire de la randonnée, une partie du GR20.
Sa petite soeur Alice s'en va en colo avec sa copine Lou. Il préfère aller chez sa mamie, au Kremlin Bicetre.

Il aime l'économie, a un avis tranché sur bon nombre de sujets, il joue de la guitare en reprenant des vieux tubes des années 70-80.
Il a deux amis, Kévin qui semble souffrir d'acné et Alexandra qui apparaît dans le livre comme asexuée.
Il est célibataire, cela ne le complexe pas, il a vérifié qu'il aimait les filles et attend que ça lui tombe dessus en attendant cela ne le fait pas trop rêver:

« Depuis l’âge de dix ou onze ans, j’ai commencé à m’apercevoir que les filles et les garçons avaient une manière de se tourner autour parfaitement ridicule. Tout ce qui ressemble de près ou de loin à un début de relation amoureuse s’apparente à une parade nuptiale digne des dindons. On se gonfle les plumes, on se rengorge (pour le mâle), on se tortille du derrière, on roucoule (pour la femelle). On en devient moche, on en devient con(ne), on laisse tomber ses ami(e)s, on prend des airs niais, on rit pour un rien, enfin on ne rit plus du tout. On fait des serments, on les viole, on ment, on se sépare. Au suivant ! Et ça recommence. » (p.37)

Les vacances chez sa grand-mère ne vont pas se dérouler comme il l'avait prévu. Il s'attendait à une alternance crêpes/p.c. Or suite à la crise cardiaque de "Mamie Lisette" il se retrouve seul à gérer la maison. Les visites quotidiennes à l'hôpital et les échanges avec "Pika" via spacebook rythment ses journées dès le réveil à 9h du matin. Il était habitué aux réveils tardifs à midi...
Au départ c'est la cata. Mais au fil des chapitres Maxime gagne en autonomie et se débrouille seul. Il combat sa solitude avec Pika (relation purement digitale) et prend soin à distance de sa petite soeur à qui il ne prenait aucun intérêt au début du roman.

Maxime est surtout très drôle, il écrit des mots à ses parents qu'il colle sur le frigo
"Chers parents, Mon stage de survie en milieu hostile se passe bien, merci. J'espère que vous êtes pas trop morts, rapport aux frais de rapatriement qui doivent coûter bonbon, depuis la Corse."

Nous avons en commun un goût prononcé pour les aubergines. Après s'être ruiné en pizzas, Maxime décide de cuisiner.
"Je crois que jusque-là, je n'avais jamais pleinement intégré la notion d'amertume. Une endive ou un grain de café, à côté, c'est sirupeux. C'est là que j'ai compris, pour la peau: une aubergine, ça se traite comme une bimbo sur la plage. On la déshabille, on la tartine d'huile et on la laisse bronzer à petit feu, à son rythme". (p.97)
Je riais seule!

D'une manière générale Maxime a des soucis en cuisine, il confond oignons et bulbes de tulipe. Les fous rires sont garantis.

La force de ce livre est l'humour corrosif de Maxime, ajouté à cela l'enchaînement des événements dignes de l'anti-héros, l'introduction de personnages au cours de l'histoire (Tonton Christian, Pika) rendent ce roman irrésistible. Je vais donc m'empresser de lire la suite!


Comment (bien) rater ses vacances
Anne PERCIN
Éditeur(s) Rouergue



Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Tu me donnes furieusement envie de le commencer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas! Et tu me diras si tu as aimé...

      Supprimer
  2. Excellent livre !! J'ai un peu moins aimé le second tome "Comment (bien) gérer sa love story".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore acheté les autres tomes, je suis souvent déçue par les suites, à voir.

      Supprimer

Vos petits mots me font plaisir, n'hésitez pas ♥

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...