mardi 12 mars 2013

Wadjda [cinéma]


Je n’avais jamais vu de film saoudien. 


Wadja est une jeune fille de 12ans, élève d’une école coranique à Riyad. Elle est vêtue comme ses camarades d'une longue robe noire, la tête découverte.

La directrice l'a considère assez grande pour devoir porter une abaya (robe qui couvre la tête et le corps). Cette dernière est obligatoire en Arabie Saoudite pour les femmes. Wadja préfère ses baskets noires à lacets colorés aux chaussures vernies de ses camarades.
Son ami et voisin, Abdallah circule à vélo, Wadjda en veut un, elle réserve le vélo vert chez un boutiquier. Sauf qu'en Arabie Saoudite les filles ne font pas de vélo. Proche de sa maman, cette dernière refuse. 
Wadjda confectionne et vend des bracelets aux couleurs des équipes de foot à ses camarades Elle n'aura jamais assez d'argent pour acheter son vélo.
A l'école, elle est souvent exclue des cours religieux et passe du temps, punie, face au soleil. 
La Directrice annonce un concours de récitation coranique avec à la clé une prime, couvrant largement l'achat du vélo vert. Wadja se démène pour apprendre tout ce qu'elle déteste.

C'est un film sur les femmes, il y a Wadjda, la jeune adolescente déterminée et pleine d'espoir.

Sa mère: elle est très belle, moderne, elle est institutrice et a 3h de trajet par jour assuré par un chauffeur. Elle sort toujours voilée et ne regarde pas les hommes, seul son mari compte.
 
Elle cherche une belle robe pour plaire à son mari lors du mariage d'un oncle, elle a peur que ce dernier se marie une deuxième fois car elle ne lui donne pas de fils. Ce dernier est totalement absent du film. La mère de Wadjda est dépendante affectivement, religieusement de son mari mais autonome et indépendante financièrement et dans la gestion de sa maison.
Elle refuse une place à l’hôpital car les femmes ne travaillent pas voilées et collaborent avec des hommes. 

La directrice: Superbe femme dominatrice qui fait régner l'ordre, s'appliquant à faire rentrer les filles dans le bon chemin. Des rumeurs courent à son sujet sur un possible amant, voleur, cambrioleur. Elle est dure, parfois méchante même cruelle, surtout avec Wadjda.

La directrice apparait à l'écran comme une femme vulgaire, comment exiger des tenues strictes à des jeunes filles en déambulant en talons aiguilles?

Les élèves de l'école: une a été exclue pour avoir rencontré un homme en secret, deux suspectées d'entretenir des relations impures, et une adolescente de 12ans mariée à un homme de 20ans.

Wadja  déterminée, entrainée gagne le concours. Mais elle n'aura pas le butin convoité. Elle rentre en pleurs à son domicile. Ce soir là son papa l'attend avant de se rendre à ses deuxièmes noces. Wadja s'endort sur le canapé, à son réveil elle retrouve sa mère, qui s'est coupée les cheveux, ses cheveux longs que son mari affectionnait tant. Elle félicite Wadjda et lui offre...

Wadja représente l'espoir d'un renouveau, elle est jeune, intrépide, peu soucieuse de la religion, proche d'Abdallah. 
Une scène est touchante, Wadjda voit l'arbre généalogique de son père dans le salon. Son père n'a pas de ramification car il n'a pas de fils, Wadja n'apparait nulle part, étant une fille. Elle ajoute un papier avec son prénom sur la branche.

Elle est innocente, pleine de vie et joue. Elle s'amuse chez elle, avec son ami, à l'école, avec le boutiquier.

Wadja s'affranchit des interdits, elle vit.
Wadja représente l'enfance dans la capitale saoudienne. Sa maison est plutôt luxueuse, grand salon équipé en hifi-vidéo, console de jeux ... Les femmes sont très bien habillées. Mais les beaux tissus ne cachent guère la misogynie.
Ce film est un bijou, il montre la condition féminine dans un pays riche de pétrodollars. Ce film dénonce les diktats culturels et religieux qui oppressent les femmes.

Un film réalisé par une femme, Haifaa al-Mansour, 39 ans:
 

"J'ai dû diriger à distance, enfermée dans une camionnette. Dans les rues de Riyad, il aurait été mal perçu de voir une femme à la tête d'une équipe composée d'hommes."

"Le public ira le voir dans un pays limitrophe, ou il le découvrira en DVD. Je suis sûre que l'ouverture des salles en Arabie saoudite est imminente. Évidemment, il y aura une entrée pour les hommes et une autre pour les femmes.". 

Quel talent, merci.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos petits mots me font plaisir, n'hésitez pas ♥

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...