vendredi 11 janvier 2013

Edward HOPPER en amoureux

Le vendredi c'est permis ... de déposer le 4ans à l'école et d'aller voir l'expo Edward HOPPER avec mon amoureux ...

 


Cela fait des semaines que je guettais l'ouverture de nouvelles pré-ventes ... et ne voyant rien arriver nous avons décidé de prendre notre mal en patience et d'affronter l'attente .
Il ne faut pas être ni frileux, ni pressé, ni agoraphobe, ni sensible aux odeurs.
Prévoyez de bien manger, d'avoir vidé votre vessie et vous pourrez vous lancer dans la queue "visiteurs sans billets". Nous y étions de bonne heure et notre attente a duré 2h, quand nous sommes ressortis à 13h la file était de 4h...

 Il y a quelque chose de bien avec ce genre d'expo, comme je connaissais peu le peintre et que je ne suis qu'une simple amatrice avec trop peu de culture artistique, j'ai dû me documenter afin d'en apprendre davantage sur le peintre et ses influences afin d'apprécier les 164 oeuvres (dont 128 peintures, aquarelles, gravures et illustrations) de l'expo.

Hopper est né en 1882 et a assisté à la mutation industrielle de l'Amérique. Il est devenu l'élève de Robert Henri, professeur à la New York School of Art en 1900. Son professeur était un fervent admirateur d'Edouard Manet, héritier du réalisme, qui voulait représenter la vie moderne, la "vraie vie". Hopper peint dès la première année  des femmes (souvent seules) ou bien des théâtres quasi-vides.

Young woman in a studio , 1901

Sa peinture paraît  épaisse. Le tableau dégage peu de lumière. Les coloris sont trop sombres pour moi, dégradés de gris, noir ... La femme est vêtue d'une robe très couvrante, des bottes, les cheveux attachés, aucune sensualité ... un remake dark de La petite maison dans la prairie.

Un magnifique Degas est présent au début de l'exposition.

Edgar Degas, Le bureau de coton à la Nouvelle-Orléans, 1873

Ce tableau aurait incité Hopper à peindre  la vie professionnelle, les buildings ...

Hopper adorait Paris, il y a séjourné à plusieurs reprises, 1906, 1909, 1910.
 
Edward Hopper, Couple Drinking


 Notre Dame il y a un peu de plus de 100 ans.


 

J'ai apprécié la série sur Gloucester, cette cité portuaire,sur une de ses aquarelles on a l'impression qu'une des maisons s'apprête à tomber dans le vide, le jeu de la lumière avec l'ombre s'affirme...


Un bar, un dinner, la nuit ...


«Nighthawks», 1942 
Nighthawks, 1942 © Art Institute of Chicago

Perso si j'étais en pleine partie de Cluedo je miserais tout sur la bonne femme, elle a tué son amant, avec une épingle à cheveux dans le petit théâtre abandonné en face de la rue ...


Ce tableau est surement le plus connu, ou du moins le plus détourné.
Hemingway (rien que ça) s'en est inspiré pour écrire une nouvelle , The Killers.
Mais aussi Batman (oui oui)
edward-hopper-nighthawks-variation
Batman, Year one, février 1987, DC Comics



Vous trouverez plus de détails dans l'album de l'exposition p.36-37


Hopper, le bureau, les femmes ... et je pense MAD MEN

Edward Hopper, Office at night, 1948

Je me croyais devant la saison 1 de Mad Men avec Roger Sterling (enfin il semble jeune donc plutôt Pete Campbell l'arriviste) et la belle et pulpeuse Joan Harris. 


«New York Office», 1962 
«New York Office», 1962

D'ailleurs les femmes au fur et à mesure des toiles d'Hopper travaillent, on est vraiment dans les 50's, la domination est encore et toujours masculine ...  Les buildings, les lignes toujours présentes chez Hopper renvoient au générique de Mad Men avec cette sensation de vide ...

De plus Hopper a longtemps été illustrateur dans la publicité, il n'a vécu de son art qu'à l'âge de 43ans. Il a travaillé pour  C.C. Phillips and Company, une agence de publicité de New York. Don DRAPPER au passé trouble, provient de l'Amérique profonde et se retrouve à la tête de sa propre agence de publicité à la quarantaine.

Oui MAIS

  • Je n'ai pas aimé les gravures présentées.
  • Si pour Hopper son art lui permettait de projeter sa vie intérieure, de façonner sa vision personnelle du monde ... Parlons alors des filles de joie qu'il peignait!
C'est sa femme "JO" qui devait être contente
  • On nous dit qu'elle regrettait d'avoir offert à Edouard les 12 volumes de la guerre de Sécession en photos car il passait trop de temps absorbé dans ses lectures ... On s'en fout non ?
  • Et enfin entre 1901 et 1966 Edward n'a jamais eu l'occasion de peindre un black? Rien, à part une jeune femme au teint halé ... Encore un qui n'aurait surement pas voté Barack OBAMA!



Hopper peint l'Amérique, enfin une Amérique ... l'Amérique de Mad men, l'Amérique qui s'organise contre le puritanisme tout en continuant de cacher ce qui dérange ...
Hopper peint la solitude, tout est souvent vide ou peu fréquenté : les bars, les cinémas, les théâtres, les chambres d’hôtels.
Mais il le fait merveilleusement bien, avec une lumière, la vraie, celle que l'on peut percevoir aussi avec un bon livre .
Une bien belle expo, même pour les non-initiés! 


Je ne vous ai pas parlé des maisons hantées, de Hitchcock, des héliotropes, des road movies, des clowns, des locomotives  ... allez-y!



L'expo étant victime de son succès, il semblerait qu'elle soit prolongée jusqu'au 3 février 2013. Les trois derniers jours seront  en continu (du vendredi 1er février 9h jusqu'au dimanche 03 février 23h). Vous pouvez acheter vos billets ici afin d'éviter des heures et des heures d'attente.





Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. J'adore Edward Hopper ... j'ai hésité , trop longtemps surement , à faire le déplacement pour venir le voir. Au final , quand je me suis dit que ce serait bien de grouper Hopper et Dali, il n'y avait plus de pré-ventes pour le 1er... et je rechigne vraiment à faire 4h d queue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dali sera la prochaine! On avait adoré le musée à Figueras. Les pré ventes sont dispos pour cette expo. Plus envie de rester plus de 2h dans le froid !

      Supprimer
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...