vendredi 25 octobre 2013

Au bonheur des ogres [cinéma]

J’ai découvert la Saga Malaussène au collège, j’avais adoré cette famille originale pleine de vie et « d’emmerdes » (n’ayons pas peur des mots). 

 

J’étais contente de voir que le premier tome ait été adapté au cinéma mais aussi inquiète car j’ai trop souvent été déçue des adaptations cinématographiques.

La famille Malaussène c’est tout d’abord Benjamin, 32ans, officiellement conseiller technique dans un grand magasin parisien. Officiellement car officieusement il est bouc émissaire il est payé pour se faire crier dessus afin que les clients ne portent pas plainte et que le magasin fasse des économies. Les scènes devant les clients sont hilarantes.

Il est le frère ainé de :

Louna : Étudiante en médecine, dans le livre elle attend des jumeaux dans le film elle attend un seul enfant et comme leur mère elle ne sait pas trop qui est le père.

Thérèse : adolescente qui lit l’avenir dans les cartes et qui retranscrit tous les soirs les histoires de Benjamin et de sa girafe.
Il manque Clara dans le film (reine de la photographie)

Jeremy : âgé d’une douzaine d’années il est passionné par les explosifs et très grossier.

Et enfin le petit : sourd, très mignon, il fait des dessins de monstres qui inquiètent fortement la psychologue.

Et enfin Julius le chien épileptique. Dans mon souvenir ses crises d’ épilepsie arrivaient juste avant un drame, ce n’est pas le cas dans le film.

Benjamin est soutien de famille, la maman, éternelle amoureuse, fait des enfants au gré des voyages et lui s'occupe de ses frères et sœurs.
Au grand magasin il rencontre une jeune femme qui s’apprêtait à voler de la lingerie, une belle rousse qu’il prénomme Tante Julia devant les vigiles. Ils finissent chez Benjamin, heureusement pour lui elle n’a pas vu son affreux pyjama.
Mais Benjamin va avoir de sérieux ennuis, deux bombes tuent deux personnes au magasin, il est soupçonné par la police et va devoir lui-même enquêter avec l’aide de Tante Julia. Cette dernière n’est pas une simple voleuse mais une redoutable journaliste. 

C’est hilarant, on ne voit pas le film passer, les enfants sont attachants, Benjamin Malaussène a un coté doux romantique ahuri qui lui convient à merveille.

En revanche il m’a manqué tous les amis de Benjamin à Belleville, dans le roman il passe beaucoup de temps dans son quartier, une vraie famille avec des personnages délirants, dans le film le cœur de l’action est au grand magasin.
Ensuite dans les années 1985 il n’y avait ni téléphone portable, ni ordinateur, la voiture de Tante Julia est d’époque mais la technologie est gênante.

L'adaptation est pleine de fantaisies, une girafe est une habituée du grand magasin dans les histoires de Benjamin, le temps s'arrête, repart... 
Les costumes sont soignés une mention spéciale à Bérénice Béjo qui est merveilleusement bien habillée tout au long du film.
RAPHAËL PERSONNAZ est divin, il fait un très bon Benjamin Malaussène comme je me l’étais représenté dans la saga. J’étais ravie d’apercevoir la Reine Zabo à la fin du film, j’espère que la suite de la saga sera adaptée au cinéma. 


Cela fait plaisir de voir s'animer une partie de mon patrimoine littéraire !



Au bonheur des ogres 
De Nicolas Bary  
Avec Raphaël Personnaz, Bérénice Bejo ...




  

Merci George, place de cinéma gagnée chez elle!
Elle a lancé un challenge Daniel PENNAC.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. La saga Malaussène fait également partie de mon "patrimoine littéraire" ! J'étais accro à leurs aventures et je suis tombée "amoureuse" de Pennac, car il "écrit" si bien Paris ! En revanche, malgré ton billet, j'hésite encore à aller voir le film...Allez, je vais me forcer un peu !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout, ni en livre ni en film, mais ta critique m'a vraiment donné envie et je sens que je pourrais très facilement tomber sous le charme de cette famille douce/dingue. Je préfère commencer par les livres mais je vois que Bérénice Bejo est au casting, je l'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. J'irais surement le voir, il faut juste que je trouve une soirée ...

    RépondreSupprimer
  4. Ah tu as aimé ! tant mieux, je n'y suis pas encore allé sans doute une fois que l'école aura repris !

    RépondreSupprimer

Vos petits mots font plaisir à lire!