Solaire - Fanny Chartres [Roman]

Il y a quelques semaines j'ai craqué en librairie pour Solaire. La faute à la jolie couverture illustrée par Camille Jourdy.

  

L'été est arrivé et je ne l'avais toujours pas lu. J'ai lu ce roman d'une traite lors d'une journée plage.


Présentation de l'éditeur

Les enfants, les enfants, nous dit-maman à voix basse. Réveillez-vous. Cela pourrait être le début d'un roman fantastique. L'histoire d'une mère qui réveille ses enfants car des phénomènes inexplicables se déroulent dans leur maison. Des bruits suspects. Des cris. Des traces rougeâtres sur les portes et les murs. Le bois qui grince...Le vent qui hurle... Le livre s'achèverait sur une île paradisiaque accueillant une mère et ses deux enfants.
Sauvés. Heureux. Cela pourrait...Mais ce n'est pas ça. Notre mère nous réveille pour que nous allions dormir avec elle dans son lit. Maman a peur de beaucoup de choses. De la nuit encore plus que du reste...

Ernest a 10 ans. Sa sœur Sara est âgée de 17 ans. Elle est surnommée Ossette car elle a la peau sur les os. À tel point qu’elle fait des malaises. Ernest est très inquiet. Il écoute attentivement les conseils de l’infirmière scolaire et cherche comment redonner de l’appétit à sa sœur.
Les troubles alimentaires de Sara s’expliquent du fait d’un quotidien bien trop sombre pour une jeune adolescente. Leur maman, séparée du papa, a la garde des deux enfants. Cette dernière ne sort plus de chez elle. Ses enfants font en sorte de lui éviter toute contrariété afin qu’elle ne fasse pas de crise. Ils gèrent les courses, le ménage, les repas…Lorsqu’ils sentent qu’elle va tout casser ils lui massent les pieds… Les rôles sont inversés. Les enfants ne sont plus des enfants.
J’aime les références de l’auteure. Elle a personnifié le mal de Sara en un loup. Mais pas n’importe quel loup, Ernest voit le loup de Mario Ramos (C’est moi le plus fort), ce n’est pas le seul personnage de fiction que rencontre Ernest.
Ernest et Sara sont des enfants qui ont grandi trop vite. Mais ils trouvent le courage et la force d’avancer en étant unis, « comme les deux doigts de la main ». Ernest a énormément d’imagination. Il est déterminé à aider sa sœur et à la rendre heureuse.
À travers le regard doux et aimant d’Ernest le lecteur découvre les conséquences de la dépression parentale. Ernest est un enfant, il nage au milieu des responsabilités avec beaucoup d’innocence. La plume de Fanny Chartres est juste, elle ne tombe jamais dans le misérabilisme et fait preuve d’une grande sensibilité.
La parole est aux enfants, ce roman est un bijou, une tendre madeleine.

Solaire
Fanny Chartres 
illustré par Camille Jourdy
12.50€


Vous aimez le blog? Retrouvez nous sur Facebook ou Twitteret Instagram



Commentaires

  1. Réponses
    1. Oui très beau! Je n'ai pas décollé de ma serviette avant de l'avoir terminé

      Supprimer
  2. oh vraiment ça a l'air touchant et le sujet est pas facile à traiter donc c'est à mettre entre les mains des enfants d'une 10zaine d'années, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à partir de 12 ans, mais il ne peut qu'être apprécié par des adultes

      Supprimer
  3. Encore un roman que tu me donnes envie d'ajouter à ma PàL déjà immense ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem ici ^^ c'est bon signe, la production littéraire française a encore de beaux jours devant elle

      Supprimer
  4. Il a l’air touchant. Rien qu’en lisant ton avis je suis émue et j’ai envie d’en savoir plus. Je me Le note dans un contexte n on sait jamais si je le vois en librairie merci pour ton partage

    RépondreSupprimer
  5. Un sujet difficile mais qui semble joliment traité. J'aime beaucoup les illustrations.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, c'est vrai que la couverture est très jolie, l'histoire est très troublante.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Vos petits mots font plaisir à lire!

Articles les plus consultés