Les deux vies de Pénélope [BD]


« Je m'appelle Pénélope. Mais je n'attends pas. Je ne tisse pas. Je sauve des vies. »
 




Pénélope est chirurgienne. Pénélope est engagée dans différentes missions humanitaires depuis longtemps. 

Le lecteur comprend très rapidement que ce n’est pas la première fois qu’elle rentre chez elle. Avant elle était attendue à l’aéroport par son mari et sa fille, maintenant elle rentre seule et doit reprendre le coup de leur vie.

Pénélope est absente, elle ne participe pas au quotidien. Elle les trouve déconnectés de sa réalité, mais comprend que c’est elle qui est déconnectée de leur quotidien. Les préoccupations de sa fille sont futiles, les enfants en guerre ont d’autres inquiétudes.
Une BD qui ose, Pénélope est une femme, c’est elle qui quitte le foyer pour travailler, c’est papa qui reste à domicile.
C’est papa qui gère le shopping pour Hélène leur fille, c’est mamy qui achète les premiers tampons.

Cette BD déroge à la norme, Pénélope n’en a que faire des mères parfaites (sa sœur jumelle) ou de la morale de sa maman. Son cœur est divisé entre le terrain et sa famille. 

La construction graphique est parfaite, au départ on suit en parallèle les deux vies, celle du papa et de sa fille et celle de Pénélope sur le front.


Le dessin est singulier, esquisses, mouvements, il se confond avec la vie de Pénélope.
L’œil du lecteur est attiré par une forme rouge, une silhouette, Pénélope ne revient pas seule d’Alep, elle revient avec le fantôme d’un enfant qu’elle n’a pas pu sauver.
Les mots de Judith sont parfaits, j’ai aimé la poésie très présente, le personnage d’Otto (le mari) est poète. Judith a repris les vers de Bernard Dewulf, poète flamand. 

J’ai tellement aimé ce roman graphique qui bouscule les codes, le socialement correcte, j’ai aimé le dessin de Judith, j’ai aimé Pénélope qui oscille entre ses deux vies.


J’ai été émue, touchée, bouleversée par la lecture de cette BD, les personnages sont parfaits, tout est subtil, soigné. L’autrice laisse au lecteur la liberté de choisir de considérer Pénélope comme une héroïne ou comme une mauvaise mère. 

Cette BD est une fiction mais Judith VANISTENDAEL est une femme engagée. Elle livre aussi son reportage du camp de réfugiés de Lesbos suite à sa visite clandestine. C’est bouleversant et talentueux. C’est à lire ici.

Si Pénélope était un homme elle serait un héros. Judith a inversé les rôles, elle n'est pas la Pénélope de l'Odyssée d'Homère. Ulysse est rentré au bout de 10 ans,  et elle? 

À lire absolument
  

Les deux vies de Pénélope
Judith VANISTENDAEL 
éditions Le Lombard
160 pages
19.99€


sp offert merci
crédits: LE LOMBARD


Retrouvez les BD de la Semaine chez Noukette
 Vous aimez le blog? Retrouvez nous sur Facebook ou Twitter et Instagram

Commentaires

  1. Tu m'as vraiment donné envie de la lire, merci pour la découverte...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce partage. Je ne lis pas du tout ce type de livre mais je devrais car je trouve en tout cas ce sujet vraiment intéressant

    RépondreSupprimer
  3. Ca a l'air vraiment intéressant, tant par le sujet que par les dessins! Je vais voir s'il est à la médiathèque!

    RépondreSupprimer
  4. j'ai adoré cette BD moi aussi <3 quelle force !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai hâte de l'avoir dans les mains! :-) J'avais adoré la bd précédente de l'autrice, David, les femmes et la mort.

    RépondreSupprimer
  6. Le dessin est très particulier en effet, mais vu ton enthousiasme, on ne peut que s'y intéresser !

    RépondreSupprimer
  7. j'avoue ne pas être tentée... surtout à cause du dessin. mais merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
  8. Outch, quels sujets! J'aimerais le lire!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vos petits mots font plaisir à lire!

Articles les plus consultés