Dilili à Paris [Cinéma]

Hier j'ai été voir Dilili à Paris avec ma fille. Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre, je n'avais même pas vu la bande-annonce, elle devait y aller avec son papa mais au dernier moment elle a voulu que je vienne avec elle.

 
Je n'attends qu'une seule chose: Retourner le voir avec mon fils.

Synopsis

Dans le Paris de la Belle Époque, en compagnie d’un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle rencontre des hommes et des femmes extraordinaires, qui lui donnent des indices. Elle découvre sous terre des méchants très particuliers, les Mâles-Maîtres. Les deux amis lutteront avec entrain pour une vie active dans la lumière et le vivre-ensemble…

Le film commence au zoo, enfin au zoo humain. Dilili est en tenue traditionnelle kanake et prépare à manger. Les téléspectateurs comprennent très rapidement qu’elle parle parfaitement français. Elle sort du zoo pour rejoindre Orel, un coursier de la Belle Epoque qui connait Paris comme sa poche. 



 
Nous sommes vers 1900, Dilili est une magnifique enfant métisse. Elle demande à Orel de lui présenter Paris. Mais les deux amis vont devoir enquêter sur les Mâles Maîtres qui enlèvent les fillettes. Ces derniers forment une terrible société secrète qui déteste les femmes. Dilili est elle-même menacée d’enlèvement.

À travers le destin de Dilili les téléspectateurs découvrent Paris et la Belle-Epoque, Dilili note dans son carnet tous les noms des personnes qu’elle rencontre avec Orel : Renoir, Rodin, Monet, Picasso, Toulouse-Lautrec, Colette, Proust, Debussy, Satie, Paul Poiret, Sarah Bernard, Louise Michel, Pasteur, Marie Curie…

Les images sont magnifiques, le public en prend plein les yeux. Ocelot a animé ses personnages sur des arrière-plans photographiés, parents et enfants se régalent. 



Mais ce film d’animation est aussi une ode à la condition des femmes, ces dernières sont méprisées et réduites à l’esclavage par les Mâles-Maîtres.

LE GRAND MALE-MAÎTRE — À Paris, les lois naturelles ont été bafouées par les femmes, qui ont pris le pouvoir. Il faut corriger Paris avant que cette abomination ne se répande dans le monde.
LEBEUF — La prise de pouvoir est encore limitée…
LE GRAND MALE-MAÎTRE — L'université est ouverte aux filles, il n’y a plus de limite ! Et, mon pauvre ami, c'est une femme qui te commande…
 

Ce film est un manifeste antiraciste et féministe, une merveille du 7ème art tant les images sont belles. Les femmes rencontrées par Dilili sont des personnalités qui ont marqué l’histoire : Marie Curie, Louise Michel (qui a enseigné aux Kanakes).. 



Vous l’aurez compris ce film offre différents degrés de lecture, les parents et les «grands» enfants retiendront les grands combats contemporains livrés sous forme de conte, les jeunes enfants verront une petite fille courageuse qui a le droit d’être trop blanche chez les Kanakes et trop noire chez les blancs. 

Il existe une multitude de prolongements possible, faire le tour des monuments parisiens présentés, étudier la Belle-Epoque et l'Art nouveau, découvrir toutes les personnalités rencontrées par Dilili. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas été séduite par le cinéma proposé à nos enfants, bravo M. Ocelot.


Un immense coup de cœur humain et artistique. 
Michel Ocelot
en salle depuis le 10 octobre 2018 
Production Nord Ouest FilmsDistribué par Mars films1h35 



Copyright Nord-Ouest Films

 Vous aimez le blog? Retrouvez nous sur Facebook ou Twitter et Instagram

Commentaires

  1. Il a vraiment l'air sublime ce film d'animation !! va falloir que je le guette par chez nous.

    RépondreSupprimer
  2. coucou whaou ça a l'air trop bien, ma fille pourrait adorer !

    RépondreSupprimer
  3. J'espère qu'il se jouera à la campagne pendant les vacances

    RépondreSupprimer
  4. Pas encore eu le temps d'y aller mais j'ai envie !

    RépondreSupprimer
  5. Ma fille va le voir vendredi avec sa classe. Du coup, après t'avoir lu, j'y retournerai peut-être avec elle pendant les vacances !

    RépondreSupprimer
  6. "Merveille", c'est vraiment toujours le mot qui revient pour ses oeuvres...

    RépondreSupprimer
  7. Ça plairerai bcp à Emma ce film d’animation

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Vos petits mots font plaisir à lire!

Articles les plus consultés