lundi 14 septembre 2015

La Maladroite d'Alexandre SEURAT


La rentrée littéraire l’a mis en avant, il est partout. J’ai eu très envie de le lire même si le sujet m’effrayait. Depuis que je suis maman j’ai beaucoup de mal à prendre de la distance face à la maltraitance enfantine.


J’ai donc fait connaissance avec Diana, huit ans, « en retard », je n’arrive pas à la décrire physiquement, ce n’était pas l’objet du livre d’Alexandre SEURAT.


Quatrième de couverture : Inspiré par un fait divers récent, le meurtre d'une enfant de huit ans par ses parents, La maladroite recompose par la fiction les monologues des témoins impuissants de son martyre, membres de la famille, enseignants, médecins, services sociaux, gendarmes? Un premier roman d'une lecture bouleversante, interrogeant les responsabilités de chacun dans ces tragédies de la maltraitance.



C’est un roman choral, l’institutrice, la directrice, le frère, la nouvelle institutrice…  j’ai découvert l’histoire de Diana à travers leurs témoignages et surtout celui de sa grand-mère maternelle.
Huit années de souffrances, d’épreuves, huit années de réponses toutes faites, huit années de discours préparés. 
Tous regrettent, tous se renvoient la balle, ils ne se dédouanent pas vraiment. Le style est descriptif, peu d’affect, c’est surement ce qui a pu gêner certains lecteurs. Comment peut-on parler d’un tel sujet sans mieux présenter Diana, sans remords ? 

Alexandre SEURAT a décrit les faits, tel un médecin, comme on rédige un rapport, les services sociaux sont inefficaces … pas de sentiment, respecter la distance entre professionnel et enfant, ne pas s’apitoyer, ne pas incriminer la famille sans preuve.

Pour ma part je l’ai trouvé juste, fidèle à la réalité et aux trop nombreux enfants, adolescents qui vivent dans des conditions monstrueuses et qui subissent toutes les aberrations de notre système, système dont je fais partie.

Diana m’a hanté la nuit suivant la  lecture du roman, et reviendra surement. C’est un cauchemar, c’est inhumain.  Je le pense, je l’écris mais je ne change rien. Il y a et aura d’autres Diana.
Ne le lisez pas si vous vous attendez à du pathos, lisez le pour découvrir les ratés de notre système éducatif et judiciaire et vous imaginer votre Diana.



Découvrez l'avis de ma douce Alice ici


Alexandre SEURAT
éditions du Rouergue




Vous aimez le blog? Retrouvez nous sur Facebook ou Twitter et Instagram ☺ CLIC ☺
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Douce? hihihi alors là sur ce coup là j'ai plutôt le sentiment d'être inhumaine ;)
    C'est vrai que cette lecture est en plus tristement d'actualité avec ce petit garçon mort dans un lave linge ...
    Merci pour ton avis fort complémentaire!

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que malgré l'importance de ces récits, je suis incapable des les lire... Trop réaliste, trop d'actualité pour moi :/

    RépondreSupprimer
  3. Ah mais tu l'as lu aussi ce roman ! Bon, moi je ne le trouve pas si percutant et pas si intéressant pour figurer sur tous les blogs comme ça (mais il est aussi sur le mien ;) ). Le sujet est important à traiter, mais pour l'écriture, il va quand même falloir que l'auteur progresse un peu. C'est un peu plat je trouve et tout le monde parle d'une même voix. Mais c'est bien, il peut mieux faire la prochaine fois comme ça ;^)

    RépondreSupprimer

Vos petits mots me font plaisir, n'hésitez pas ♥

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...